Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2020

Préparation à la retraite

  1. Retraite >
  2. Préparation à la retraite
Banniere de la page

Le passage à la retraite est une étape redoutée par la majeure partie de ceux qui travaillent. Ceci est dû à la baisse de revenu que ce passage entraîne. Heureusement, pour contrer cette baisse, il est possible de se préparer minutieusement plusieurs années à l’avance. D’ailleurs, le processus qui aboutit à la cessation d’activité peut être d’une longue durée. En effet, la session de validation d’un dossier de retraite comporte plusieurs étapes. Il est donc recommandé de s’y prendre tôt.
Par ailleurs, pour s’assurer d’avoir des revenus une fois qu’il est retraité, le travailleur pourra recourir à l’épargne et à l’investissement. L’essentiel est qu’il trouve le cadre fiscal qui l’avantage le mieux, pour compléter ses revenus. De cette façon, profiter de ses vieux jours et jouir de revenus complémentaires seront des paris gagnés.

Comment prévoir sa fin de carrière dès 30 ans ?

Cela peut paraître être trop tôt de penser à sa vie de retraité dès l’âge de 30 ans. Pourtant, ce moment est l’idéal, car cela vous permet d’avoir plus de temps pour constituer votre revenu complémentaire.

Faire des placements sans risque

Il existe des livrets d’épargne pour faire des placements sans risque. Ils sécurisent votre capital et vous pouvez retirer votre argent à tout moment et sans frais. Vous avez les livrets réglementés qui existent sous diverses formes en fonction desquelles varie le dépôt minimum. Ce dernier va de 1,50 à 225 euros, avec différents taux et la possibilité de bénéficier d’une exonération fiscale totale. Il y a aussi les livrets bancaires qui sont soumis à une imposition et à des prélèvements sociaux. Les banques les proposent habituellement avec un taux promotionnel.

Investir dans l’immobilier

Il est recommandé d’investir dans des biens immobiliers comme un parking, une boutique ou un studio meublé. Ces biens ont en général un coût abordable et vous pourrez faire un emprunt pour les acquérir. Il faut savoir que ce type de placement à un taux de rémunération élevé. Vous pouvez également entreprendre d’acquérir une résidence principale. Ainsi, vous avez plus de chances de finir de la payer avant votre cessation d’activité. Par ailleurs, une telle acquisition vous permet de réduire vos dépenses, une fois que vous serez inactif. En effet, vous n’aurez plus à verser un loyer ou une caution à un propriétaire.

Penser à faire un plan d’épargne en action

Le plan d’épargne en action ou PEA implique que vous investissiez dans des valeurs boursières. Même si un tel placement est risqué, il est très rentable. Le plafond de versement est de 150 000 euros et il est recommandé de ne faire aucun retrait avant 5 ans. Ainsi, vous pourrez mieux bénéficier des gains et dividendes générés. Ceux-ci seront d’ailleurs exonérés d’impôts et soumis à des prélèvements sociaux. De plus, après les avoir détenus pendant 8 ans, ils deviennent convertibles en rente viagère.

Opter pour les produits d’épargne retraite

Il est mis à disposition des salariés de nombreux produits pour assurer leur préparation à la cessation d’activité. Ces produits impliquent que votre capital reste bloqué jusqu’à la fin de votre carrière professionnelle. Ils offrent peu de possibilités de sortie avec une réglementation complexe. Toutefois, ils offrent des avantages fiscaux non négligeables : vos versements sont déductibles de l’impôt selon une limite donnée. Au nombre de ces produits, vous avez le PERCO, le PERP et le Contrat Madelin.

Que faire pour préparer sa fin de carrière dès 40 ans ?

À 40 ans, la plupart des salariés sont stables sur le plan professionnel comme personnel. Cela leur permet de mettre de l’argent en réserve en diversifiant les investissements et les placements.

Faire un investissement immobilier

À 40 ans, investir dans l’achat de sa résidence par un emprunt est un bon projet. En effet, vous disposez de 20 ans encore pour rembourser cet emprunt. De plus, il est possible de mettre en location cette résidence afin de rembourser son crédit avec le loyer. Si d’ici la cessation de carrière professionnelle vous avez tout remboursé, le loyer perçu sera votre revenu complémentaire. Toutefois, il faut noter que ce type de revenu est soumis à l’imposition.

Vous pouvez également investir dans une Société Civile de Placements Immobiliers ou SCPI pour avoir des parts d’un fonds immobilier. Ce type d’investissement a un certain nombre d’avantages. En effet, le capital à investir est plutôt faible comparé aux autres. En dépit de cela, il vous rapportera des revenus réguliers. En plus, vous n’aurez pas à vous soucier de la gestion des locataires et des éventuelles charges ou réparations. Enfin, les actifs immobiliers étant variés et gérés par un professionnel, vous prenez moins de risques en investissant.

Souscrire à une assurance vie

L’assurance vie offre deux types de contrats : le monosupport et le multisupport. Le contrat monosupport implique que votre argent soit investi en fonds euro. Il est moins risqué et vous offre une garantie complète en capital. Quant au contrat multisupport, il offre une bonne performance avec des fonds en euros et des unités de compte. En outre, lorsque vous souscrivez à une assurance vie, vous pouvez déposer et retirer de l’argent comme vous l’entendez. De plus, votre capital n’est pas bloqué. Votre régime fiscal est défini selon le nombre d’années de détention de votre contrat.

D’ailleurs, concernant vos impôts, vous pouvez ajouter vos bénéfices à l’impôt sur revenu. Aussi, vous pouvez définir un prélèvement forfaitaire libre. Pour finir, si un rachat survient, quelle que soit sa nature, vos plus-values seront soumises à l’impôt.

Choisir un plan d’épargne entreprise

Le plan d’épargne entreprise ou PEE est un placement dynamique qui permet aux salariés d’investir dans des actions. Ces dernières concernent les parts de leurs entreprises, de Sicav ainsi que les fonds communs de placement d’entreprise. Rien n’oblige un salarié à faire ces versements. En outre, il peut faire des placements de primes d’intéressement et de participation ou d’autres fonds.

Il faut dire que lorsque vous investissez dans un PEE, votre capital est bloqué pour 5 ans au moins. Cependant, sous certaines conditions, votre argent pourra vous être débloqué. Aussi, les gains obtenus ne sont pas assujettis à l’impôt sur revenu, mais plutôt aux prélèvements sociaux.

Comment se préparer à devenir retraité, à 50 ans ?

À l’âge de 50 ans, il vous reste encore à peu près 15 ans pour cesser votre activité professionnelle. C’est le moment de restructurer votre plan d’épargne en évitant les investissements qui augmenteront votre facture fiscale.

Constituer son dossier de retraite

Il arrive que les dossiers de retraite comportent des erreurs qui réduisent la pension des futurs retraités. Pour ce faire, il faut s’assurer de les préparer minutieusement en commençant tôt. Commencez par analyser attentivement votre relevé de carrière appelé aussi relevé de situation individuelle ou RIS. Assurez-vous qu’il est complet et prend en compte toutes vos périodes de travail.

En effet, ce document est un récapitulatif de vos droits dans vos différents régimes de retraite obligatoires. Vos droits de régime de base y sont indiqués en trimestres. Quant à vos droits en régimes complémentaires, ils y sont exprimés en points. Vérifiez donc que l’ensemble de vos carrières a été considéré. Il faut noter que ce relevé vous est envoyé obligatoirement par votre caisse de retraite tous les 5 ans.

Il est expédié à compter de l’âge de 35 ans. En outre, pensez à consulter un expert du domaine qui vous aidera à bien constituer votre dossier. Cet expert vous apportera, en plus, une estimation des montants que vous aurez à percevoir. Il pourrait aussi vous aider à réduire le montant de vos impôts.

Ouvrir un contrat retraite Madelin

Sous certaines conditions, il est possible d’ouvrir un contrat retraite Madelin à 50 ans. Ce contrat d’épargne retraite est destiné aux travailleurs non-salariés, c’est-à-dire ceux qui sont indépendants. Il offre des avantages fiscaux considérables avec un plafond estimé à 74 969 € de versements déductibles en 2019. En effet, les versements que vous effectuez sont déductibles de votre revenu imposable. Cela se fait suivant certaines conditions et dans la limite de 10 à 15 % de votre revenu d’activité. Si vous aviez déjà ouvert un tel contrat, il sera maintenant question d’augmenter vos versements.

Choisir la solution d’épargne PERP

Le contrat de fin de carrière professionnelle PERP est disponible pour les travailleurs non-salariés, les dirigeants salariés et les salariés. Il s’agit d’un plan d’épargne retraite populaire. Avec ce produit, les cotisations que vous versez sont déduites intégralement du revenu imposable. L’essentiel est qu’elles n’excèdent pas 10 % de vos bénéfices professionnels de l’année précédente. Le plafond du PERP a été estimé à 31 758 € de versements déductibles en 2019.

Vous pouvez aussi souscrire à d’autres produits d’épargne pour futurs retraités. Au nombre de ces produits, vous avez le plan d’épargne retraite d’entreprise ou PERE, le PERCO et le Préfon. Ce dernier est réservé aux fonctionnaires.

Comment se préparer à la retraite à 60 ans ?

À 60 ans, le travailleur s’approche à grands pas de l’âge la cessation de son activité professionnelle.

Adopter de bons réflexes

Plusieurs solutions s’offrent à vous pour mobiliser un capital avant d’être inactif. Il s’agit de souscrire à une assurance vie, à un PERP, à un PEA ou à un contrat Madelin. De telles solutions vous avantageront en matière de fiscalité et vous pourrez constituer votre capital de manière souple. Dans le cas de l’assurance, choisissez une assurance qui pourra couvrir, entre autres, vos soins de santé de retraité. Vous pouvez aussi investir dans l’immobilier locatif pour faire des économies sur vos impôts et constituer un patrimoine.

Si votre carrière professionnelle est incomplète, pensez à racheter les années durant lesquelles vous n’occupiez aucune fonction. Il s’agit des années d’études supérieures pour un diplôme bac + 2 au minimum. Les années où les versements cotisés n’ont pas permis d’avoir quatre trimestres validés sont aussi concernées. Dans ce cas-ci, le montant des versements faits sera déduit du revenu brut imposable. Il faut dire que votre âge au moment où vous avez fait la demande de rachat sera pris en compte. En fonction de cela, le rachat des trimestres pourra être bas ou élevé. Vous serez donc d’avis qu’il est préférable de faire cette demande au plus tôt.

Valider l’âge de départ en retraite

Le travailleur assuré ne peut devenir retraité qu’à l’âge de départ légal qui correspond à son année de départ. Il lui faut aussi avoir atteint le nombre de trimestres requis pour bénéficier d’une cessation de carrière à taux plein. Dans le cas où il ne totalise pas ce nombre, il devra subir une décote. Celle-ci sera proportionnelle au nombre manquant, à raison de 1,25 % par trimestre manquant.

Par ailleurs, en règle générale, il faut avoir au minimum 62 ans pour partir en retraite. Ceci est valable pour les personnes dont l’année de naissance est à compter de 1955. Toutefois, dans certains cas, on peut bénéficier d’une retraite anticipée. C’est possible par exemple si vous avez commencé votre activité professionnelle avant 20 ans. Enfin, pour avoir l’information sur votre situation propre et les démarches à suivre, renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite.

Faire sa demande de retraite

Le travailleur doit engager une demande auprès de sa caisse de retraite avant de cesser sa carrière professionnelle. Cela lui permettra notamment de procéder à une liquidation droits à la retraite. Le dossier de demande se compose de divers documents, dont des pièces justificatives. Il devra être déposé au plus tard 4 mois avant votre date de départ. Par ailleurs, pour faire votre demande, vous devez remplir un formulaire. Celui-ci peut être téléchargé sur le site de la caisse de retraite. Il peut aussi être directement retiré au bureau de la caisse ou vous pouvez en formuler la demande par téléphone.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2020