Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2022

Les produits fermiers : comment les obtenir facilement

  1. La livraison de nourriture locale >
  2. Produits fermiers
produits fermiers

De nos jours, la tendance est pour une alimentation saine et bio. Bon nombre de personnes se sont donc tournées vers les produits locaux, issus de la production des fermiers, quitte parfois, à se rendre directement de la maison à la ferme pour acheter leurs produits. Découvrez dans cet article plus de détails sur les différents produits fermiers ainsi que leurs différents modes de commercialisation.

Qu’est-ce qu’un produit fermier ?

Par définition, un produit fermier découle d’un long processus impliquant une maitrise de l’ensemble des étapes de fabrication. Le producteur doit pouvoir justifier la qualité du produit fini qui est donc sous son entière responsabilité. Une grande attention est alors portée à chaque composante de la production, que ce soit dans l’apport de substances chimiques destinées à améliorer leur rendement ou dans l’alimentation lorsqu’il s’agit d’animaux. La qualité de l’eau et l’environnement de production jouent aussi un rôle important.

Présent dans bon nombre de territoires, ce genre de production permet aux producteurs de favoriser leurs liens avec les consommateurs et de gagner en autonomie. L’autre avantage c’est que cela leur permet de s’affranchir du circuit de la grande distribution, très contraignants pour eux.

L’objectif c’est de pouvoir proposer des produits provenant de leurs propres productions qu’ils soient ou non transformés pour qu’ils puissent bénéficier de l’appellation « produits fermiers ».

Quelques types de produits fermiers

Les produits fermiers proviennent de différentes activités agricoles. On trouve bien sûr les fermes de type classique dans lesquelles on pratique le maraichage, mais il existe aussi des spécialités comme la viticulture, la pisciculture, les fermes d’élevage, etc. Toutefois, on retrouve des producteurs qui combinent plusieurs activités (agriculture, élevage…).

Les agriculteurs

L’agriculture est considérée comme la principale activité assurant l’alimentation des humains. Les agriculteurs jouent ainsi une partition assez importante en cultivant toutes sortes de végétaux à savoir les fruits et les légumes, mais aussi les céréales et oléagineux (maïs, blé, orge, arachide…), sans compter les cultures fourragères telles que le foin et bien d’autres. L’agriculture maraichère est donc étroitement liée à l’élevage, ce qui amène certains d’entre eux à combiner la culture maraichère à l’élevage de bétails ou de volailles.

Les éleveurs

éleveur dans ferme

L’élevage consiste à nourrir des animaux jusqu’à ce qu’ils soient prêts à être commercialisés en tant que tels, ou de façon à pouvoir utiliser certaines matières premières. Par exemple, on peut élever des vaches et utiliser leur lait dans une crémerie pour obtenir toutes sortes de produits laitiers.

Les pisciculteurs

La pisciculture consiste en l’élevage intensif de poissons d’eau douce ou d’eau de mer. Les pisciculteurs travaillent pour la plupart dans des exploitations d’élevage et de reproduction de poissons se situant dans des plans d’eau ou le long des rivières pour espèces d’eau douce (carpes, truites, brochets, gardons…) et en bordure des littoraux pour les espèces marines (turbots, saumons, daurades, bars…).

Les apiculteurs

Ces producteurs sont spécialisés dans l’élevage des abeilles. Ils les aident à avoir un espace bien organisé, en leur fournissant des ruches, des soins ou même une nouvelle reine. En procédant ainsi, ces producteurs ont accès aux produits de la ruche tels que le miel, la propolis, la gelée royale, la cire d’abeille et bien d’autres. Il faut quand même préciser que les abeilles sont capables d’assurer la plupart de leurs besoins.

Quels sont les produits de la ferme ?

produits de la ferme

Les légumes

Certaines fermes, parfois organisées en association, proposent plus de 40 variétés de légumes cultivés en champs ou en serre. Ils sont disponibles dans les fermes selon la date des récoltes qui peut se décaler selon la localisation :

  • L’aubergine et les carottes de juin à octobre
  • Les épinards de novembre à décembre
  • Les haricots, les petits pois, les oignons
  • La pomme de terre de juillet à octobre
  • Les concombres de juillet à septembre
  • Les salades, presque toute l’année quand elles poussent en serre protégée
  • Les choux et poireaux, plutôt l’hiver
  • Le potimarron qui se récolte à partir du mois de mai
  • Le brocoli, récolté en octobre
  • Les pâtissons, de juin à septembre
  • Ainsi que toutes sortes d’herbes aromatiques

Les fruits

fruits de la ferme

Au nord, les produits phares sont :

  • Les pommes qui se déclinent en de nombreuses variétés (plus de 20 parfois !)
  • La poire
  • Les prunes, dont la fameuse mirabelle de Moselle

Dans le sud, le consommateur apprécie :

  • Les abricots au goût provençal
  • Les brugnons
  • Les figues
  • Le melons
  • Les citrons et oranges

Les visiteurs ont aussi un large choix de confitures aux multiples saveurs : groseille, framboise, myrtille, orange, pomme, etc.

Autres produits fermiers

Dans tout le pays, les fermes proposent des produits laitiers tels que :

  • Du beurre (salé en Bretagne), de la crème
  • Des fromages, de vache, de brebis, de chèvre
  • Et aussi des yaourts nature bios ou parfumés

Les éleveurs fermiers respectent les animaux de leurs élevages qu’ils soient en captivité ou en plein air : alimentation saine, poules élevées en plein air, veaux qui disposent d’un espace suffisant, pas d’élevage intensif, pas de cages.

  • Volailles : poulets (ceux de Bresse sont très prisés), cailles, canards, chapons, pintades…
  • Lapins et parfois même des poissons issus de la pisciculture
  • Dérivés de la viande de porc : rillettes, saucisson, saucisses, jambons. Les cochons se mangent des pieds à la tête
  • Foies gras de canard ou d’oie
  • Œufs de poules bio, ainsi que du lait cru pour les amateurs où des crèmes onctueuses

Les ruches des fermiers, outre leur rôle pour la pollinisation, fournissent une palette de miels aux goûts aussi variés que les fleurs et céréales qui entourent l’exploitation. S’il dispose de vignes, alors la dégustation d’un vin du terroir est un passage recommandé.
La transformation des produits fermiers est en pleine expansion.
Des boutiques attenantes aux fermes ou situées dans la cour ont un choix de produits dérivés aux saveurs naturelles : plats cuisinés aux produits fermiers, bonbons au miel, tisanes, huiles, cosmétiques naturels comme le savon au lait d’ânesse, laine de mouton, vins et liqueurs. Le visiteur repart toujours avec un produit naturel du magasin. Le pain fermier (avec sa farine de blé) est un incontournable.

Les différents modes de commercialisation des produits fermiers

Plusieurs moyens sont utilisés par les producteurs pour la commercialisation de leurs différents produits. La vente peut donc se faire en direct, par l’intermédiaire des drives de fermiers ou des circuits de proximité. Cela permettra d’être au plus près du plus grand nombre de consommateurs tout en leur laissant le choix du système de distribution qui leur convient le mieux.

La vente en direct

Pratiquée par la quasi-totalité des producteurs locaux, la vente en direct peut avoir lieu sur l’exploitation, voire même au bord de la route, ou grâce à un point de vente ouvert ou un local destiné à cet effet. Cela implique qu’il n’y a pas d’achat-revente. Les produits sont donc vendus au juste prix et bénéficient d’une excellente traçabilité ainsi qu’un contrôle maximal.

Partout en France, il est également possible de passer une commande et d’être livré en direct à travers des sites spécialisés, offrant plusieurs services.

Les drives de produits fermiers

drive fermier

Le terme « drive » est utilisé en raison du fait que, selon l’organisation, la commande est censée être livrée dans le coffre de la voiture du client, sauf avis contraire de ce dernier.

Très répandu de nos jours, un drive de produits fermiers est un système qui propose la vente en ligne de produits locaux, artisanaux, fermiers et de saison. La plupart du temps, ils proviennent des producteurs d’un même terroir. En France, il peut par exemple s’agir des producteurs du Pays de la Loire ou ceux des Pays Basques. Les commandes s’effectuent en ligne et sont préparées à l’avance. Ensuite, elles sont mises à la disposition du client d’après le lieu, le jour et l’intervalle de temps qui ont été convenus.

Ces drives sont souvent détenus par des coopératives telles que « Bienvenue à la ferme », qui collabore avec de nombreux fermiers. Grâce à leurs divers points de vente, leurs marchés et leurs magasins de producteurs, ils permettent aux consommateurs de mieux découvrir les produits fermiers.

Pour assurer la qualité des plats qu’ils proposent sur leur carte, certaines auberges et certains restaurants adoptent ces drives pour une livraison régulière. Il faut noter qu’il existe également des fermes-auberges proposant diverses prestations. Dans ces lieux, les consommateurs peuvent vivre des expériences inoubliables, acquérir de nouvelles connaissances et profiter d’une dégustation, d’un gouter, d’un repas ou d’un pique-nique au cours desquels ils pourront apprécier des spécialités culinaires comme la charcuterie, les salaisons, etc.

Qu’en est-il des animaux élevés ?

L’abattage des volailles doit se faire dans des conditions d’hygiène prévues par la loi. Cela se fait selon des normes légales précises afin d’épargner toute souffrance animale et de proposer des viandes de qualité.

  • Locaux adaptés (vastes, fermés, chambres froides)
  • Respect de la chaîne d’abattage
  • Plan de nettoyage

Le processus d’abattage se fait en plusieurs étapes selon l’espèce concernée: réception, accrochage, saignée, échaudage, plumaison.
Concernant, les animaux de boucherie (mouton, cochon, bœuf), seuls les ovins, chèvres et porcs peuvent être abattus à la ferme, là encore, selon des règles très strictes. Ils doivent avoir été élevés dans la ferme qui procède à leur abattage. Par ailleurs, les équidés et les bovins sont dirigés vers des abattoirs. Selon la loi, un animal doit être étourdi avant d’être mis à mort, puis saigné aussitôt. Les animaux servant à la reproduction sont gardés plus longtemps.

Quelques raisons de consommer les produits locaux

À de nombreux égards, les produits locaux sont intéressants. Étant donné qu’ils sont produits et vendus directement par les producteurs, ils ne sont pas exposés aux phénomènes de standardisation. Ceci permet de répondre aux attentes des consommateurs qui veulent plus de produits naturels. Mais ce n’est pas tout. Il y a encore de nombreux avantages, aussi bien pour le consommateur que pour le producteur et l’environnement. En voici quelques-uns :

Leur fraicheur

En plus d’être à proximité, les produits locaux sont plus frais et gouteux. Pour vous procurer des œufs frais par exemple, il suffit de vous rendre dans une épicerie, qui a été approvisionnée par une ferme locale, avec seulement un délai de 4 à 7 jours.

Leur diversité

Comme on peut s’y attendre, les produits cultivés localement sont de bonne qualité et très variés. On retrouve généralement :

  • Des produits frais tels la viande (veau, bœuf, agneau, porc) ou des poissons;
  • Toutes sortes de fruits et légumes ;
  • Des œufs, de la volaille telle que des dindes, des poulets ou des canards ;
  • Des légumineuses à savoir les lentilles et les haricots ;
  • Des produits laitiers (fromagelait, yaourt, beurre…) ;
  • Des escargots et des lapins ;
  • Du vin, du miel, de l’huile, etc.

Leur coût

De façon générale, les produits issus d’une production locale sont beaucoup plus abordables. Il est donc possible de faire des économies en planifiant ses repas autour des produits de saison.

En dehors des produits issus de la culture sous serre, les produits fermiers sont censés être de saison. Cela permet de renouer avec un rythme naturel. Le consommateur retrouve en quelque sorte le pouvoir sur son assiette, il ne mange plus n’importe quoi n’importe quand.

D’autre part, le fait de consommer les produits fermiers permet une réduction drastique du transport des produits. Cela implique qu’il y aura moins de pollution due au dioxyde de carbone, mais aussi qu’on utilisera moins de conservateurs. La consommation des produits locaux contribue ainsi à préserver l’environnement et la santé. C’est aussi une façon de soutenir les producteurs qui sont nombreux à rencontrer des difficultés. De cette façon, chacun pourra y trouver son compte.

Il n’y a finalement que des avantages à consommer les produits fermiers. Les consommateurs montrent par leurs avis qu’ils sont unanimes sur ce point.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2022