Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2020

Préparer sa retraite à 60 ans : les différentes étapes

  1. Retraite >
  2. Préparation à la retraite >
  3. Préparer sa retraite à 60 ans
Banniere de la page

Tout travailleur rêve d’une bonne retraite à la fin de sa carrière pour se reposer et vaquer tranquillement à ses loisirs. Légalement, pour se retirer de la vie professionnelle, il faut remplir certaines conditions. Toutefois, il est possible pour certains de bénéficier d’un régime de retraite anticipée. Cela nécessite une bonne préparation pour pouvoir jouir pleinement de ses droits.

La retraite anticipée pour cause de longue carrière

Les personnes concernées par la carrière longue

En principe, nul n’est censé se retirer de la vie active avant un certain âge légal prévu par la loi. Il est de 62 ans pour les actifs nés après 1955. Toutefois, certaines personnes peuvent y prétendre et déroger aux règles établies. Ce dispositif concerne les travailleurs qui ont commencé leur carrière très jeune, c’est-à-dire avant ou à vingt ans (20 ans).

Presque tous ceux qui appartiennent aux régimes de base et respectent les conditions requises sont concernés :

  • les employés du privé (entreprise, cabinet…)
  • les employés de la fonction publique (travailleurs de l’État, hôpitaux publics…)
  • les non salariés (travailleurs indépendants, professions libérales etc.)
  • ainsi qu’une partie des régimes spéciaux (RATP, clercs de notaire…).

De même, les travailleurs appartenant à certains régimes complémentaires peuvent aussi prétendre à une retraite anticipée pour carrière longue : les régimes complémentaires des commerçants, artisans et industriels, l’Agirc-Arcon et ceux des exploitants agricoles, etc.

Les conditions et les démarches à remplir pour en bénéficier

Pour jouir du dispositif de départ précoce à la retraite, il faut remplir et se soumettre à certaines conditions. Ces derniers sont relatifs à l’année de naissance de l’actif, l’âge d’entrée en activité et au nombre de trimestres cotisés.

D’abord, il faut avoir commencé à travailler avant ou à 20 ans. Ensuite, il faut comptabiliser un total de 5 trimestres de cotisations avant l’âge de 20 ans en début d’activités. Dans certains cas, quatre seulement sont demandés : les assurés nés entre le début du mois d’octobre et fin décembre ainsi que les actifs ayant débutés comme non salarié agricole.

En outre, il faut aussi avoir totalisé un nombre de trimestres de cotisation de l’assurance vieillesse proportionnelle à la durée d’assurance minimale demandée selon la génération pour pouvoir bénéficier du taux plein de la rente. Il peut arriver que la durée de cotisation requise ne soit pas respectée. Dans ce cas, une minoration calculée grâce à la décote sera appliquée sur le montant de la pension que devrait percevoir l’assuré. Pour exemple, les assurés nés en 1952 se retireront légalement à 60 ans et 9 mois. Leur nombre de trimestres cotisés doit s’élever à 164 et ils pourront bénéficier du taux plein à 65 ans et 9 mois.

Ainsi, les demandeurs sont tenus de vérifier leurs différents relevés de carrière et de procéder à la régularisation s’il y a irrégularité. Il faut aussi récupérer une attestation de situation auprès de sa caisse de base. Cette attestation constitue une preuve attestant de la situation de carrière longue dont jouit l’assuré. Enfin, ce dernier doit introduire la demande auprès de sa caisse de base.

Le départ anticipé pour cause de handicap

Les actifs pouvant prétendre à ce dispositif pour handicap

Certains assurés peuvent bénéficier d’un retrait précoce pour cause de handicap. Il s’agit des personnes qui ont été dûment reconnues comme travailleur handicapé. Les salariés étant atteints d’incapacité permanente peuvent aussi souscrire à ce dispositif. Sous réserve de remplir certaines conditions, ils peuvent bénéficier d’une retraite à taux maximal plein.

Les conditions à remplir pour bénéficier du mécanisme pour handicap à 60 ans

Certaines conditions sont à remplir pour bénéficier de ce système.

D’abord, le taux de l’incapacité permanente dont souffre l’assuré doit être supérieur ou égale à 50 %. Toutefois, si l’incapacité permanente découle d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle avec un taux supérieur ou égal à 10 %, l’assuré peut partir à la retraite anticipée pour pénébilité. Se retirer de la vie active pour pénébilité ou carrière pénible permet ainsi aux assurés de partir avec un taux plein quel que soit le nombre de trimestres validés. En plus, l’incapacité permanente devrait être notée pendant toute la durée de cotisation demandée.

Ensuite, l’assuré doit avoir obtenu le statut de travailleur handicapé avant l’année 2016 et il doit être en mesure de le justifier. En outre, il doit justifier de la durée d’assurance cotisée et validée requise.

La durée d’assurance validée est assimilée aux périodes d’écots effectives à raison de 4 semestres par an. Elle prend aussi en charge certaines périodes d’inactivité, donc de quotités non acquises (maladies, service militaire, circonstances exceptionnelles, invalidité, chômage,…). Elle est calculée selon la date de naissance et l’âge de départ.

Quant à la durée d’assurance cotisée, elle désigne la période d’assurance pendant laquelle les quotités obligatoires ont été effectuées par l’assuré. Par exemple, si le salarié est né en 1960 et est entré en service à l’âge de 20 ans, le nombre total de trimestres requis est de 167.

Dans certains cas et sous certaines conditions, les points cumulés sur le compte professionnel de prévention (CPP) peuvent aussi être à l’origine d’un départ avant l’âge légal. En effet, certains travailleurs sont exposés à des facteurs qui rendent pénibles leurs conditions de travail (nuit, bruits assourdissants, températures extrêmes, etc..).

Ainsi, des points leur sont comptabilisés en guise de réparation et pour dix points cumulés, l’âge légal de retraite est diminué d’un trimestre. Il faut bien noter aussi que les demandes pour se retirer de façon anticipée avec pour cause une carrière longue ou un handicap doivent être présentées à la caisse de retraite de base ainsi qu’aux autres caisses affiliées. Au préalable, une attestation de départ anticipé pour handicap doit être délivrée par la caisse de base.

Bien préparer sa retraite

Les démarches préalables

Les préparatifs de la retraite sont importants et doivent bien être pris en charge. Selon des périodes bien déterminées, des démarches administratives de préparation peuvent être effectuées. En effet, elles entraînent plusieurs frais et nécessitent une réorganisation des dépenses pour combler les lacunes et générer des économies. Il faut ainsi prévoir très tôt des placements en ne manquant d’épargner pour s’assurer une retraite paisible.

En outre, il ne faut surtout pas manquer de souscrire à l’assurance vie pour garantir la transmission de votre patrimoine. Pour souscrire à un contrat d’assurance vie, un montant minimum compris entre 1 000 et 1 500 euros est généralement demandé pour le début ainsi qu’une prime mensuelle établie par la compagnie choisie.

Par ailleurs, il est fortement conseillé de conserver tous les contrats de travail, les bulletins de salaires ainsi que les justifications des cotisations trimestrielles qui constitueront des justificatifs pour la constitution des dossiers de demandes. En effet, des irrégularités peuvent exister. Pour les régulariser, vous devez être en mesure de présenter des justificatifs.

Les surplus non négligeables

Pour rentabiliser votre capital et générer le plus de revenus possible, le cumul emploi et retraite est possible après la cessation de vos activités professionnelles. Pour pouvoir s’y adonner, il est nécessaire de remplir et de respecter certains critères. En effet, vous pouvez reprendre une activité professionnelle et jouir soit d’un cumul intégral ou plafonné.

Par exemple, un chef d’entreprise en situation de départ anticipé ne peut procéder à un cumul intégral avant d’avoir atteint l’âge légal requis pour la retraite. En outre, les demandes de liquidation des droits doivent être introduites au moins 6 mois avant le départ auprès des régimes de base et complémentaires. Aussi, les employeurs doivent aussi être prévenus assez tôt, bien avant la date prévue.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2020