Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2020

Bien préparer son départ à la retraite dès l'âge de 50 ans

  1. Retraite >
  2. Préparation à la retraite >
  3. Préparer sa retraite à 50 ans
Banniere de la page

Ça y est ! Vous avez déjà atteint l’âge de cinquante ans. Si vous n’avez jusque-là pas encore commencé à préparer votre retraite, l’idéal serait alors de penser à vous y mettre au plus tôt. Complexe et plutôt sensible, la question de la préparation de la retraite se heurte en général à un manque d’informations sur les produits et les placements. Outre la tendance à la procrastination dont font preuve certains travailleurs, le manque de préparation peut aussi être causé par la faiblesse du revenu, ce qui est bien entendu un frein à l’épargne. Comment réussir alors à bien préparer sa retraite à 50 ans ? Voici des réponses aux multiples questions que vous devez certainement vous poser.

Avoir une idée de son âge de départ à la retraite

Si vous êtes un salarié et que vous souhaitez connaitre l’âge auquel vous devrez partir à la retraite, vous devez au préalable procéder à la reconstitution de votre carrière. Pour réaliser cette opération, vous pouvez tout simplement décider de prendre connaissance de votre relevé de situation individuelle. L’idéal serait d’effectuer dans les meilleurs délais cette démarche. Vous serez ainsi en mesure de signaler dans les meilleurs délais les oublis éventuels aux organismes adéquats, ce qui vous permettra d’effectuer à temps une régularisation.

Que faire si la carrière est incomplète ?

Si vous avez remarqué que votre carrière est incomplète et que vous ne savez comment y remédier, alors sachez que depuis janvier 2004, la possibilité vous est offerte d’effectuer le rachat des années incomplètes ou non travaillées. Ici, il peut par exemple être question des années durant lesquelles les différentes cotisations versées ne vous ont pas permis de réussir à valider au moins 4 semestres. Soulignons par ailleurs que le barème prendra en compte votre âge au moment où vous effectuez la demande. Le rachat des trimestres sera donc moins élevé si vous effectuez au plus tôt les démarches nécessaires.

Calculer son besoin d’épargne

Pour disposer d’une rente suffisante une fois la retraite prise (et ce malgré les prélèvements sociaux), il faudrait bien évidemment épargner des années auparavant. Ainsi, à partir de l’âge de 55 ans, jusqu’au moment de la retraite, vous allez recevoir une estimation indicative globale tous les cinq ans. Ladite estimation qui sera envoyée par la caisse de retraite où vous êtes affilié ou même par la Cnav reprend notamment les informations figurant sur le Relevé de Situation Individuelle. En fonction de l’âge de départ à la retraite retenu, une estimation de la pension sera réalisée. Une fois ces différentes informations obtenues, l’estimation du budget mensuel dont vous pourriez avoir besoin lorsque vous serez à la retraite pourra être effectuée. L’effort d’épargne que vous devrez fournir vous sera en outre indiqué grâce au rapprochement entre les estimations de la pension de retraite et le budget prévisionnel.

Produits d’épargne retraite : ce qu’il faut retenir

Lorsqu’il atteint la cinquantaine, l’épargnant a généralement devant lui, environ 15 ans pour prendre sa retraite. Bien que cela puisse paraitre assez long, il est primordial pour ce dernier de ne pas relâcher l’effort qu’il consent en matière d’épargne. Il doit plutôt faire de son mieux pour effectuer une restructuration afin de pouvoir disposer plus tard d’un complément de revenus. Il devra aussi faire le choix d’une fiscalité avantageuse. Pourtant très capital, le cadre fiscal est assez négligé ici. Ainsi, à 50 ans, même si de nombreux particuliers ont une situation stable et un niveau de vie convenable, ils se retrouvent parfois à payer un important impôt sur le revenu.

Pour éviter une telle situation, l’une des solutions les plus appropriées pour disposer d’une retraite complémentaire consiste à se tourner vers les « produits d’épargne-retraite ». On pourra à ce niveau évoquer des éléments tels que : les contrats Madelin (notamment pour les indépendants), le PERP (Plan d’Épargne Retraite Populaire), le PERE (Plan d’Épargne Retraite d’Entreprise) ou encore le PERCO. Il faudra cependant prendre garde à ne pas confondre les produits d’épargne salariale et ceux de l’épargne retraite. Pendant qu’une solution favorise la sortie en capital, l’autre s’effectue en rentes. Les solutions les plus connues sont par ailleurs : le Madelin et le PERP. Ils présentent des avantages fiscaux indéniables et permettront également de déduire le montant des versements des revenus dont on dispose.

Cette déduction est effectuée à un taux limité à 10 % des revenus ou bénéfices de l’année. Le montant ici est plafonné à la somme de 30 038 euros. Gardez en outre à l’esprit que les produits d’épargne proposés ici resteront bloqués jusqu’au moment du départ à la retraite.

Quel investissement prévoir en 2020 pour améliorer sa retraite ?

Entre la réforme des retraites de l’Etat français et la pandémie du coronavirus, l’année 2020 a déjà présenté bien des surprises. Bien que la crise liée au Covid-19 a réussi à toucher plusieurs marchés financiers, il y a tout de même des supports d’investissement qui parviennent à se maintenir et avec plus ou moins de risque. Si vous vous demandez jusque-là quel investissement effectuer pour augmenter le montant de votre retraite, alors, vous pouvez selon le cas vous tourner vers : le PER (Plan Épargne Retraite), l’investissement locatif, l’assurance vie ou même les SCPI.

Le PER

Il s’agit ici de la finalité de la réforme sur l’épargne retraite qui a été effectuée au cours de l’année 2019. Son but principal est de constituer un unique dispositif pour tous les éléments d’épargne retraite. S’ils le souhaitent, les épargnants pourront désormais passer d’un statut ou d’un métier à un autre sans être obligés de changer au préalable leur contrat. Notons par ailleurs que le PER peut être subdivisé en trois parties à savoir : le PER collectif, le PER individuel et le PER catégoriel.

L’investissement locatif

Avez-vous pensé à l’investissement immobilier ? Si oui, le premier réflexe serait d’abord de penser à l’acquisition de votre résidence principale. Si tel est déjà le cas, alors vous pouvez vous tourner vers l’investissement locatif. Le fait de pouvoir percevoir des loyers permet, une fois que l’achat du bien a été amorti, d’avoir un appréciable complément de revenus et d’être financièrement plus stable dès qu’on se retrouve à la retraite. Outre la loi Pinel qui est assez connue, il existe plusieurs dispositifs qui permettent de bénéficier d’avantages fiscaux lorsqu’on décide d’investir dans la pierre.

L’assurance vie

Bien que ce ne soit pas son objectif principal, l’assurance vie demeure l’un des meilleurs placements à effectuer lorsqu’on prépare sa retraite. Considéré comme « le couteau suisse de l’épargne », ce type d’assurance répond à de multiples objectifs en matière de placement financier, d’épargne ou de gestion de patrimoine. Une alternative efficace demeure également le « PEA Assurance ». Surtout lorsque son ouverture est effectuée depuis plus de huit ans, le Plan d’Épargne en Actions demeure un excellent moyen d’épargner en vue d’avoir une retraite paisible. Une telle solution vous offre en effet la possibilité de réaliser une conversion en « rente viagère défiscalisée », de quoi vous permettre de percevoir durant toute votre vie un revenu exonéré d’IR (Impôt sur le Revenu). Pour avoir en outre l’assurance de choisir la meilleure solution, n’hésitez pas à vous tourner vers votre assureur afin d’obtenir des conseils judicieux. Il peut aussi vous fournir des supports qui vous seront d’une grande utilité.

Les SCPI

Réaliser un investissement en SCPI est une alternative qui consiste à acquérir par l’intermédiaire d’une entreprise, de la pierre. La société en question assure l’achat et la gestion de parcs locatifs (commerces, résidences pour les séniors, bureaux…). L’investisseur devient en contrepartie un associé de l’entreprise et il perçoit à ce titre de l’argent (des dividendes). Ces dividendes peuvent selon le cas être versées mensuellement ou trimestriellement.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2020