Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2021

Guide complet sur la retraite de l'auto entrepreneur

  1. La retraite >
  2. Retraite par métier >
  3. Retraite auto-entrepreneur
retraite auto-entrepreneur

Les auto-entrepreneurs sont des travailleurs indépendants dont le statut est mis en valeur par des réductions. Il est question dans ce cadre de déclarer les activités immédiates et les cotisations sociales. Il s’agit aussi de payer mensuellement ou trimestriellement un pourcentage du chiffre d’affaires. Les entrepreneurs ou les indépendants qui génèrent des revenus grâce à des contrats de prestation de services ont droit à des pensions.

Cependant, leur régime de retraite est très différent. Il est important de préciser qu’il a déjà joué un grand rôle en annonçant qu’un travailleur indépendant choisit le système social de cotisation. De telles caractéristiques nécessitent dès lors une attention particulière. À cet effet, en savoir davantage sur la retraite de l’auto-entrepreneur est sans nul doute judicieux et utile. C’est dans cette dynamique que vient s’inscrire le guide complet sur la retraite de l’auto-entrepreneur.

La cotisation retraite de l’auto entrepreneur

Le régime de retraite de l’auto-entrepreneur est personnalisé. Cela se manifeste notamment au niveau de la forme de cotisation.

Un régime de retraite dédié et simplifié

Le système des micro-entrepreneurs (auparavant indépendants) est spécial. En particulier, les entrepreneurs autonomes ont de nombreuses responsabilités. Cependant, selon les principaux acteurs, bien que ce système social soit spécifique, il est précisément conçu pour permettre une simplification maximale afin d’accueillir des opérations individuelles. La simplicité de ce système de retraite est d’ailleurs l’un des principaux avantages du statut d’indépendant.

Retraite et cotisation de l’auto-entrepreneur

En tant que micro-entrepreneur, les auto-entrepreneurs vont bénéficier du micro-système social. Il s’agit d’un régime anciennement connu sous le nom de RSI (Régime Social des Indépendants), qui a cessé d’exister au 1er janvier 2018. Il est désormais rattaché au régime général de sécurité sociale. De cette manière, il est possible de gérer la retraite de l’auto-entrepreneur et la taxe due (TVA). Veuillez également noter que dans l’état de ces entrepreneurs, les dons à collecter sont agrégés et collectés à un taux uniforme basé sur le chiffre d’affaires.

Le fait que le taux de cotisation soit appliqué au chiffre d’affaires de cette manière vise à simplifier les plans de travail indépendant, et non ce que l’on appelle les plans de travail indépendant « classiques ». Ainsi, cela simplifie non seulement la déclaration, mais également le calcul des paiements. C’est bénéfique aussi, car cela évite les obligations comptables et rend plus facile procédures de déclaration.

L’ensemble de ces cotisations sociales bénéficient alors de l’indemnité journalière et des droits à pension à la retraite comme les salariés. Une fois la pension complète confirmée à tous les trimestres, elle équivaut à 50 % du revenu quotidien moyen avant la retraite. À noter, le revenu quotidien moyen est calculé sur la base du chiffre d’affaires annoncé au cours des trois dernières années civiles avant la retraite.

Un abattement forfaitaire qui varie selon l’activité de l’auto-entrepreneur

Il est à noter que l’indemnité forfaitaire est calculée sur la base du chiffre d’affaires des indépendants. Cet abattement peut prendre en compte l’achat lié à l’activité afin d’ajuster le revenu final. La nature de l’activité détermine le montant de cette allocation forfaitaire. Cela correspond à :

  • 71 % du chiffre d’affaires de l’activité commerciale ;
  • 50 % du chiffre d’affaires des activités de services commerciaux et artisanaux
  • 34 % du chiffre d’affaires pour les activités gratuites.

Il convient de noter également que le montant maximum pouvant être atteint en pension journalière est relativement faible par rapport aux tarifs journaliers de certains auto-entrepreneurs : 54,43 euros. En somme, le plan micro-social susmentionné est un système simplifié de déclaration, de paiement des cotisations sociales et de calcul du montant final de la pension. Cependant, en considérant uniquement le chiffre d’affaires, cela peut nuire aux entrepreneurs automobiles qui portent un lourd fardeau.

La validation de trimestre par l’auto entrepreneur

Les questions concernant les droits à la retraite des auto-entrepreneurs ont été partiellement ignorées. Néanmoins, des règles précises contrôlent efficacement ces éléments.

Les règles de validation des trimestres

Pour obtenir les droits à la retraite des indépendants, il est nécessaire de confirmer le quart de retraite des indépendants sur la base du chiffre d’affaires prédéfini.

Sur la base de ces plafonds de chiffre d’affaires, plusieurs trimestres peuvent avoir une validation à la fois (plus de quatre trimestres par an), sauf dans le cas des activités indépendantes et autres activités professionnelles. Pour cela, il est possible de combiner travail indépendant et activités rémunérées (entrepreneurs rémunérés) tout en vérifiant chaque trimestre sur un total de 4 trimestres par an.

Pour pouvoir vérifier leur quart de retraite et assurer une situation décente, voire confortable, après avoir atteint l’age de la retraite, les indépendants doivent atteindre un taux de rotation minimum, en fonction des activités qu’ils exercent.

Une fois l’âge minimum de la retraite atteint, si un entrepreneur indépendant dispose suffisamment de dortoirs vérifiés au cours de sa carrière, il est possible de liquider sa pension comme un salarié. Cela lui permettra de toucher la pension complète. Pour rappel, selon l’année de naissance, l’âge de la retraite à taux plein est toujours fixé à 65 ou 67 ans. Après cet âge, les conditions liées au délai de paiement disparaissent.

La connaissance de sa caisse d’affiliation

Tout d’abord, sachez que vous ne compterez pas sur le même fonds, car cela dépend de votre activité. Qu’il s’agisse d’une activité principale ou d’une activité complémentaire, indépendante, artisanale ou professionnelle, cela reste variable.

En vous déclarant comme travailleur autonome, vous deviendrez automatiquement membre de la caisse. De ce fait, vous n’avez donc pas à faire d’autres démarches. De plus, vous versez votre don directement à l’URSSAF, qui se charge de la répartition entre chaque fonds.

Il existe à cet effet deux scénarios possibles, que votre activité auto-entrepreneur soit l’activité principale ou l’activité complémentaire.

Vous êtes engagé dans l’artisanat ou des activités commerciales

Par conséquent, vous faites partie de l’Assurance sociale indépendante (ex RSI), qui vérifie vos droits à la retraite en fonction de la création de votre chiffre d’affaires. Par suite, si vous vous engagez dans l’une des activités gratuites suivantes, vous serez également affilié à la SSI. C’est en l’occurrence valable pour un opérateur dans une école de conduite, des activités liées à la médecine alternative (par exemple, ophtalmologiste), des activités de divination (par exemple, la narration).

Vous exercez des activités gratuites pour vous

Vous appartenez à la CIPAV pour les professions libérales. Elle vérifie par la suite vos droits à pension en fonction de votre chiffre d’affaires.

La limite de chiffre d’affaires des indépendants ou des micro-entrepreneurs

Au 1er janvier de chaque année, les auto-entrepreneurs (ou micro-entrepreneurs) doivent générer un chiffre d’affaires d’au moins 2412 euros à 4137 euros pour vérifier un quart d’assurance retraite. Le montant minimum dépend du type d’activité. Si vos activités d’indépendant peuvent générer le chiffre d’affaires suivant, vous pouvez vérifier un quart de la pension :

  • 4.137 euros sont utilisés pour vendre des biens, fournir un logement ou fournir des activités d’hébergement,
  • 2412 euros pour les activités de prestation de services soumises aux BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux),
  • Le coût des activités gratuites des BNC (Bénéfices Non Commerciaux) est de 2 280 euros.

Pour déterminer le trimestre de retraite, il est nécessaire de déclarer le chiffre d’affaires et de payer l’assurance pension chaque mois ou trimestre.

Chiffres d’affaires de validation des trimestres en 2021 suivant le secteur

Pour 1 trimestrePour 2 trimestresPour 3 trimestresPour 4 trimestres
Secteur de la vente, restauration et hôtellerie (BIC)4 137 €7 286 €10 426 €20 740 €
Secteur des prestations de service (BIC)2 412 €4 239 €6 071 €12 030 €
Secteur des professions libérales et des prestations de service non réglementées (BNC)2 880 €5 062 €7 266€9 675 €
Secteur des professions libérales réglementées (BNC)2 280 €4 560 €6 840 €9 120 €

Savoir les limites d’une assurance vieillesse

Bien que le statut d’auto-entrepreneur soit simple, les procédures administratives sont généralement effectuées cas par cas, puisqu’il existe de nombreuses exceptions et règles. Toutefois, lors de la planification de votre pension de retraite, connaître les prestations auxquelles vous avez droit peut vous donner la tranquillité d’esprit.

En outre, veuillez noter que si vous pratiquez uniquement, l’identité d’un auto-entrepreneur n’est pas idéale pour vérifier les droits à pension. En effet, si vous ne pouvez pas vérifier votre trimestre de retraite d’ici un an en raison d’un roulement insuffisant, vous pouvez retarder votre retraite en totalité.

Si vous êtes retraité et indépendant, vous n’augmenterez que légèrement votre pension. Cependant, votre chiffre d’affaires en tant qu’indépendant est un complément confortable à votre pension.

Si vous êtes salarié et indépendant, vous pouvez assurer votre retraite en vérifiant le dortoir sans risque. Même si vous ne quittez aucun emploi, vous vérifierez quand même vos droits à la retraite à travers les activités des salariés.

Prendre attache avec votre caisse pour la validation trimestrielle

Vous devez vous fier à la RSI pour souscrire une assurance vieillesse. En voici les étapes.

  • Accédez au site Web de la Station spatiale internationale.
  • Utilisez votre numéro de sécurité sociale et votre mot de passe pour accéder à « Mon compte ».
  • Obtenez des informations sur votre contribution dans le service à distance « Mes contributions ».
  • Trouvez les détails du solde de votre compte et de la répartition par période dans le « Récapitulatif du compte ».
  • Trouvez le rapport de chiffre d’affaires et vérifiez le montant du paiement.
  • Télécharger l’attestation de marchés publics, vigilance et contribution à la formation professionnelle.

Vous comptez sur la CIPAV pour l’assurance retraite. Les étapes correspondantes sont celles qui suivent.

  • Accédez au site Web de l’entrepreneur automobile.
  • Utilisez votre Siret, nom, prénom et mot de passe pour accéder à votre espace sécurisé.
  • Veuillez vérifier la date limite de dépôt (passif) et l’état du compte en ligne (déclarations déposées, solde de votre compte, paiements, etc.).
  • Discutez avec votre Urssaf, faites votre demande (informations pratiques, lois, etc.) et accédez à votre boîte mail.
  • Imprimez votre inscription, fiscalité, marché public, vigilance, et imprimez votre contribution au certificat de formation professionnelle dans les plus brefs délais.

En suivant ces différentes étapes, vous pouvez réussir facilement de processus de cette opération.

Le calcul du montant de retraite de l’auto entrepreneur

La loi stipule que les auto-entrepreneurs ont le droit de prendre leur retraite, mais pour cela, ils doivent être à jour de leurs contributions. Les droits à la retraite, qu’il s’agisse d’une pension de base ou d’une pension complémentaire pour les indépendants soumis à des plans micro-sociaux, dépendent de la part sociale versée. Cela revient à dire qu’il n’y a pas de chiffre d’affaires déclaré et pas de cotisations.

Il est alors impossible d’obtenir une pension. Par conséquent, les droits de retraite de l’auto-entrepreneur lui seront attribués en fonction du chiffre d’affaires généré par son entreprise.

L’estimation de la retraite suivant les trimestres validés

Il convient de noter que les entrepreneurs autonomes participent à la pension de base et aux cotisations de pension complémentaire.

Dans ce cas, le RSI (actuel SSI), qui s’adresse principalement aux travailleurs indépendants non réglementés, et la CIPAV doivent être pris en compte. Pour calculer l’heure de confirmation des dortoirs liés aux auto-entrepreneurs, le salaire minimum horaire total (9,76 euros en 2007) a été utilisé comme base de référence.

En guise d’illustration, pour une activité liée à la vente, à l’hôtellerie ou à la restauration, à vérifier un trimestre de chaque année, l’auto entrepreneur doit réaliser comme chiffres d’affaires 3510 euros.

Cela équivaut aux quatre quarts d’un chiffre d’affaires de 20 195 euros, soit un an. Dans tous les cas, si l’auto-entrepreneur réalise un chiffre d’affaires de 22 000 euros en un an, il pourra vérifier ces quatre trimestres. Par contre, il ne pourra vérifier que les trois quarts avec un revenu annuel de 15 146 euros.

Le calcul utilisé pour déterminer le montant

La méthode de calcul de la pension de travailleur indépendant est similaire à celle du régime des employés. Cela veut dire que le revenu annuel moyen (revenu gagné au cours des 25 années les plus actives) est multiplié par le nombre de trimestres vérifié et basé sur l’année de naissance.

Veuillez noter que pour les indépendants, le pourcentage du revenu annuel converti en chiffre d’affaires annuel peut varier en fonction de la nature de l’activité. Par exemple, l’on dénote 29 % du chiffre d’affaires des restaurants, hôtels, activités de vente 50 % du chiffre d’affaires des services BIC et 66 % du chiffre d’affaires indépendant des BNC.

Ce qui survient en cas de manque de trimestres

Si vous n’avez pas le nombre de trimestres requis, le taux calculé (appelé taux de liquidation de la retraite) n’est pas plus de 50 %, mais une remise en fonction du nombre de trimestres perdus.

Dans ce cas, si votre état de santé le permet, la meilleure chose que vous puissiez faire est de continuer à travailler jusqu’à ce que vous atteigniez le plein-emploi. En effet, toute personne qui reçoit une pension réduite en raison de la réduction en recevra une équivalente pour le restant de ses jours.

Il est à noter que cette réduction s’applique, mais qu’elle affectera également les pensions complémentaires en doublant l’amende.

La pension de base que vous percevrez est réduite, mais la réduction de la pension complémentaire sera plus ou moins soumise à une importante baisse en fonction du nombre de trimestres manquants.

La retraite complémentaire de l’auto entrepreneur

Depuis le début de son enregistrement jusqu’à la réception du numéro SIRET, l’indépendant et le micro-entrepreneur ont reçu plusieurs lettres pour compléter les caisses de retraite.

Ces organisations privées vous incitent à adhérer à un régime de retraite complémentaire obligatoire pour votre travail indépendant et votre micro-entreprise.

Le principe de la retraite complémentaire des auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs

À l’instar de tout créateur d’entreprise inscrit à l’INSEE, les indépendants et les micro-entrepreneurs recevront dans un délai de trois mois les formulaires d’adhésion aux retraites complémentaires d’AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) et d’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). Tant qu’aucun employé n’est embauché, l’adhésion ne nécessite pas un payement de cotisation.

Si les auto-entrepreneurs et les micro-entrepreneurs ne retournent pas les formulaires, ils s’inscriront automatiquement pour devenir membres de groupes mixtes de protection sociale qualifiés. Il le fera sans faire appel à des cotisations de retraite complémentaire.

Dans certains domaines professionnels, les conventions collectives spécifient les fonds de pension complémentaire ARRCO et AGIRC pour les membres de toutes les entreprises du domaine. Sinon, l’entreprise appartient à un secteur intersectoriel. Ensuite, la Fédération de ces fonds nomme des caisses de retraite complémentaires en fonction de critères géographiques.

L’obligation d’intégrer une caisse de retraite complémentaire

L’auto-entrepreneur est un travailleur non salarié (TNS) et sa caisse de retraite complémentaire personnelle a été sélectionnée le jour où il s’est déclaré indépendant. À cet effet, ceux-ci bénéficieront des avantages du plan après s’être déclarés sur Internet ou au CFE.

Ainsi, ils seront acquittés des charges sociales et fiscales une fois par mois ou trimestriellement. Les charges sociales incluent les pensions complémentaires obligatoires. Selon les activités, les indépendants peuvent appartenir au RSI ou à la CIPAV.

Après avoir enregistré sa propre entreprise et reçu le numéro SIRET, l’auto-entrepreneur aura une lettre pour compléter sa pension. S’il n’y a pas de réponse, une pension complémentaire sera automatiquement attribuée. En ce moment, il ne peut pas être modifié et l’affectation est définitive.

Le cas de l’auto-entrepreneur non-employeur

L’ambition des entreprises indépendantes est généralement de permettre aux travailleurs autonomes d’exercer des activités professionnelles à titre personnel. En ouvrant une entreprise indépendante, les indépendants n’ont pas l’intention de recruter.

L’embauche est légale, mais compte tenu du plafond, elle engendre rarement des bénéfices. Contrairement aux entreprises, les entrepreneurs automatisés sont rarement des employeurs.

Si d’aventure vous n’avez pas d’employés, vous n’avez pas à payer de frais. Tant qu’aucun employé n’est embauché, l’adhésion n’est pas assignée à une quelconque cotisation.

Le cas de l’auto-entrepreneur employeur

Pour les employeurs indépendants, leurs salariés doivent être contraints d’adhérer à la caisse de retraite complémentaire. Dès lors, son choix devient plus qu’une nécessité.

La Cipav de l’auto entrepreneur

La catégorie de l’activité exercée par l’auto-entrepreneur est un critère essentiel dans le processus d’affiliation.

L’affiliation suivant la forme de l’activité

En tant qu’indépendant, l’affiliation à la caisse de pension varie en fonction des activités exercées. Pour les artisans, les hommes d’affaires et même les indépendants non réglementés, il est possible d’accumuler des droits de sécurité sociale pour les indépendants. En revanche, les entrepreneurs indépendants exerçant un travail indépendant réglementé relèvent du domaine de la CIPAV.

Le processus d’affiliation à une caisse de retraite

C’est l’URSSAF qui joue le rôle du CFE dès l’annonce des activités des auto-entrepreneurs. Ainsi, il s’agit d’un service à guichet unique qui peut directement prendre en charge l’affiliation avec SSI ou CIPAV en fonction de l’activité, et l’auto-entrepreneur n’a pas besoin de prendre de mesures particulières. De même, si les micro-entreprises cessent leurs activités, elles doivent annoncer l’annulation de la pension à l’URSSAF, qui se chargera des démarches du fonds.

Cependant, dans certains cas, les retraites sont un interlocuteur privilégié pour les micro-entrepreneurs, principalement sur les questions liées aux déclarations de points de retraite et à la liquidation des droits.

Les avantages de la retraite de l’auto-entrepreneur

Certains retraités désirent créer ou continuer d’exercer des activités d’indépendant après l’âge de la retraite pour diverses raisons (principalement financières). D’autres encore décident du moment de leur retraite, et c’est maintenant le bon moment pour commencer en tant que micro-entrepreneurs. Cependant, les conditions pour combiner les programmes de retraite et de micro-entrepreneur doivent être remplies.

L’intérêt d’associer la retraite à l’auto-entrepreneuriat

Dans des circonstances normales, la plupart des retraités peuvent démarrer ou poursuivre leurs activités dans le cadre du plan de micro-entreprise (anciennement connu sous le nom de plan d’entreprise automatisé). Cela peut même être très intéressant, surtout lorsque l’individu est passionné et souhaite compléter sa pension par un montant important de revenus liés à sa propre expérience. Pour diverses raisons, ce cumul est devenu plus fréquent en France.

Les conditions nécessaires au cumul de la retraite et de l’auto-entrepreneuriat

Si certaines conditions sont remplies, il est possible de combiner les activités de micro-entrepreneurs avec des retraites sans aucune restriction si :

  • Vous avez un âge légal de la retraite en France, c’est-à-dire, selon votre date de naissance, entre 60 et 62 ans
  • Vous avez atteint l’âge de la retraite, qui est de 65 ou 67 ans en France (selon la date de naissance)
  • Vous avez liquidé toutes les pensions : pensions de base et pensions complémentaires avec régimes de retraite obligatoires (en France et à l’étranger) et plans d’organisations internationales.

Cependant, sans ces conditions, il existe d’autres situations. Pour les anciens salariés du secteur privé ou les fonctionnaires en activité, c’est la CNAV ou une caisse de retraite publique qui verse les retraites.

De cette manière, les activités indépendantes et les pensions peuvent être combinées sans restriction. De même, de nouveaux droits à pension de base et complémentaire sont créés grâce aux pensions versées dans le cadre de cette nouvelle activité indépendante.

Par conséquent, pour les anciens travailleurs indépendants, la pension est versée par RSI (maintenant SSI) ou CIPAV. Ensuite, vous devez comprendre les règles spécifiques, qui dépendent du fait que la pension est payée par un fonds ou un autre.

En ce qui concerne les anciens artisans, commerçants et industriels, les retraites sont également payées par RSI. De cette façon, les activités indépendantes peuvent être accumulées sans limites à la retraite. Néanmoins, pour reprendre des activités artisanales ou commerciales, le plafond du chiffre d’affaires est fixé à la moitié du plafond de la sécurité sociale (19 866 euros).

Veillez à ne pas dépasser cette limite, car dans une telle éventualité la pension de base et complémentaire sera suspendue. Dans ce cas particulier, les cotisations de retraite versées ne créeront pas de nouveaux droits à la retraite, qu’il s’agisse de droits fondamentaux ou de droits supplémentaires.

La déclaration fiscale du retraité auto-entrepreneur

Les indépendants retraités doivent déclarer leurs revenus mensuellement ou trimestriellement par prévoyance selon leurs souhaits. Le freelance doit également payer toutes ses cotisations de sécurité sociale surtout en cas de maladie. Il en va de même pour ses assurances retraite de base et complémentaires au même titre que les entrepreuneurs indépendants et avec la même fréquence.

Les indépendants actifs retraités déclarent le chiffre d’affaires et paient des impôts (les impôts pour les indépendants dépendent de l’activité). Par conséquent, il n’y a pas d’applicabilité spécifique à la combinaison des compagnies de retraite et automobiles. Cette taxe est la même que celle des autres auto-entrepreneurs.

En définitive, vous savez désormais l’essentiel pour valider la retraite de l’auto-entrepreneur. Il ne vous reste plus qu’à suivre les conseils de ce guide pour avoir l’assurance d’une retraite en toute quiétude.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2021