Logo Conseils-Service.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Service.fr, 2022

La vente de viande "direct producteur"

  1. La livraison de nourriture locale >
  2. Vente viande direct producteur
vente viande direct producteur

Les éleveurs de bétail prennent des risques en investissant dans des moyens de production. En effet, ils achètent des camions, des remorques, des équipements de refroidissement, etc. De ce fait, au moment de commercialiser leurs produits, ils ont besoin de réaliser de bonnes marges. Celles-ci passent par des stratégies marketing bien pensées.
Pour ce faire, dans certains cas, ils ont recours au placement direct. En d’autres termes, ils servent les acquéreurs sans l’intervention d’intermédiaires. Ainsi la vente de viande direct producteur offre des avantages aux consommateurs. Mais surtout, elle est très bénéfique aux producteurs.

Vente de viande directe producteur : principe et exigences

La vente directe est un mode de commercialisation sans l’intervention d’un intermédiaire. Elle consiste pour le producteur à remettre « directement » au consommateur le produit. À cet effet, les canaux de distribution peuvent être des points de vente ou être sélectifs. En outre, le vendeur peut utiliser des intérimaires ou des outils de commerce électronique.

En d’autres termes, il s’agit d’une transaction entre un fournisseur et un utilisateur hors d’une boutique. C’est une forme de vente très utilisée. La vente directe de viande implique plus de travail. Cependant, elle permet de tirer plus de profits de sa production de viande.

Les critères à remplir pour réussir la vente directe de viande

Le producteur et son équipe doivent maîtriser plusieurs aspects pour la vente directe. Il s’agit entre autres :

  • de la vision et la planification ;
  • de l’organisation et l’administration ;
  • de la production et la gestion ;
  • de la gestion commerciale et la relation client ;
  • de la publicité et les relations publiques ;
  • de la gestion financière ;
  • et de la conformité réglementaire.

Par conséquent, l’éleveur et sa famille ne sont pas obligés de travailler seuls. Ils peuvent faire appel à des compétences extérieures. À cet effet, différents types de contrats peuvent être envisagés. Ils peuvent être de longue durée ou temporaire. En définitive, la stratégie globale doit être axée sur la maîtrise des coûts.

Avant de se lancer, le fournisseur doit d’abord décider s’il diversifie ses produits. Cela lui permet d’augmenter son achalandage. Ensuite, il réalise des projections sur les bénéfices ou les pertes attendues. Par la suite, il évalue le risque financier et ses responsabilités individuelles. En outre, il considère l’éventualité de signer des ententes sous forme d’abonnements avec ses clients. Enfin, il recueille les avis de spécialistes sur son modèle et son plan d’affaires.

Les opportunités de marché

Les consommateurs ont de plus en plus d’intérêt pour l’achat d’aliments locaux bio. Les fournisseurs de viande peuvent profiter de cette opportunité de marché. En effet, ils sont en mesure de communiquer au preneur :

  • d’où vient le bétail ;
  • comment il a été élevé ;
  • comment il a été nourri ;
  • et comment il a été manipulé.

Par la suite, les acquéreurs sont plus enclins à payer leur colis en toute tranquillité. Par ailleurs, les propriétaires de fermes ont souvent utilisé la vente de proximité en France. Les consommateurs sont ainsi habitués à ce type de transactions.

Les enjeux de la vente directe de viande pour le producteur

Le commerçant peut estimer la consommation de viande par habitant de sa zone. Ainsi, il sera en mesure d’évaluer la part de marché qu’il peut obtenir. L’intégration d’un marché nécessite la maîtrise de la chaîne de transport et de conservation. En général, elles expliquent les disparités des prix à la consommation de la viande.

La nécessité de la différenciation

Les vendeurs doivent proposer de la valeur ajoutée par rapport au magasin, si bien que les prospects trouvent intéressant de s’approvisionner auprès d’eux. Les grandes surfaces et commerces de proximité connaissent les préférences des preneurs. À cet effet, ces derniers réalisent des ventes en comblant les besoins de la clientèle, d’autant plus que la demande en viande est variée. En effet, l’offre doit comprendre de nombreux produits et différentes saveurs comme :

  • des boîtes de steaks de porc ;
  • de la viande bovine en brochette ;
  • du boeuf haché, etc.

Le producteur est de ce fait obligé de répondre aux exigences du marché et des acquéreurs. Toutefois, la différenciation des produits peut être complexe. Certains preneurs peuvent avoir des demandes particulières. Elles peuvent concerner la provenance des produits, les méthodes d’élevage et les conditions d’abattage. La qualité des produits est elle aussi déterminante dans la pérennisation de l’activité.

La maîtrise des coûts

En plus, ces frais de transformation induisent une augmentation des coûts de production. Leur réalisation ne peut pas non plus se faire sans des investissements en équipements. Tous ces frais généraux peuvent empêcher la rentabilité de l’activité sur une saison ou plusieurs.

Par conséquent pour limiter ces contraintes, certains éleveurs font appel à des sous-traitants. Ces derniers peuvent s’occuper de la mise en condition ou de l’emballage. De plus, ils peuvent se charger de la livraison des commandes. À ces charges viennent s’ajouter les dépenses en marketing. Toutefois, grâce au « bouche-à-oreille », les fournisseurs arrivent à développer leur réseau.

Le positionnement

La stratégie opérationnelle est un catalyseur du positionnement du commerçant dans sa zone. Elle lui permet de développer une image fidèle à son modèle commercial. Par conséquent, pour progresser, il doit agrandir son influence en utilisant des concepts nouveaux. En outre, il peut mener des campagnes auprès de ses prospects pour les démarcher et les sensibiliser.

La proximité est également un avantage concurrentiel dont disposent les revendeurs. En conséquence, les fermiers doivent mettre en place un réseau de distribution efficace. D’où l’importance de bien se former afin de bénéficier de l’expertise d’intervenants externes.

La boucherie en ligne

De nombreuses boucheries en ligne vous permettent désormais de commander votre viande directement sur Internet : boeuf, veau, canard, lapin, etc. De plus, sur ces plateformes de e-commerce, vous aurez la possibilité de faire votre choix entre viande cashère ou halal. Une fois votre viande commandée, elle arrivera conditionnée sous forme de caissette.

D’autres concept émergent dans une idée de respect du bien-être animal. Le Grutto crowd butching propose des morceaux d’un animal, du boeuf généralement, puis lorsque toutes les pièces sont vendues, l’animal est abattu. L’absence de gaspillage est ainsi garantie, mais il vous faudra acheter en gros.

Le vendeur en ligne Pour de Bon propose également d’acheter de la viande directement auprès de grandes fermes françaises, réputés pour leur savoir faire ainsi que leur respect de la condition animale. La livraison de votre colis, conditionné sous forme de petite caissette réfrigérée sera effectuée en quelques jours le tout en direct de l’élevage jusqu’à votre domicile. L’avantage principal réside dans le fait que ces vendeurs en ligne proposent bien souvent une sélection de produits frais : lait, produits laitiers, épicerie fine, légumes frais, etc.

Où est vendue la meilleure viande venue directement du producteur ?

Bien souvent, pour obtenir de la viande bovine de qualité, le premier réflexe est de s’adresser à son boucher charcutier de quartier. Nous vous recommandons de bien vérifier l’appellation artisan boucher pour s’assurer que vos viandes proviennent bien d’exploitation et d’éleveurs producteurs français certifiés bio.
L’autre option est bien évidemment celles des boucheries en ligne qui vous vendent un morceau de viande déjà découpé avec des recettes pour vous faciliter la vie. Ces derniers vous garantissent bien souvent l’appellation « bio », la ferme et l’élevage concerné. C’est une option rapide et adaptée aux gens très pris par le travail ou avec peu de temps libre.
La dernière option quant à elle, est la plus simple et bien souvent celle avec le moins d’intermédiaire : acheter sa viande directement chez le producteur. Que l’on recherche une exploitation laitière ou un élevage bovin ou porcin de qualité, passer par le producteur évite bien des déconvenues. Porcs, boeufs de race limousine, volailles, agneau, élevés en liberté, avec un producteur en face de vous, vous êtes sûr que les animaux ont bénéficié d’une alimentation de qualité. Les conditions d’abattage seront aussi bien souvent garanties.

Les prix de la viande vendue directement du producteur

Contrairement aux idées reçues, acheter de la viande directement chez le producteur n’est pas plus cher. Chez vos producteurs locaux, la recette de votre jambon, pâté de foie ou encore charcuterie sont issus de savoir-faire ancestraux et artisanaux. Plusieurs comparatifs existent, mais le plus célèbre et flagrant demeure sur un panier de 10 kg de viande de porc payé 80 euros à un producteur breton et dont l’équivalent en supermarché serait plus proche de 82,24 euros.
Les supermarchés possèdent des frais de transport, des marges venant de leur direction. Le producteur, lui, réduit ses intermédiaires au maximum pour vous proposer de la viande de qualité comme la viande charolaise de vaches élevées et nourries à l’ herbe en Normandie.
En France, un producteur de viande de boeuf revendra sa viande de 13 à 15 euros le kilo contre 17 euros en général pour la grande surface. Pour vos plats et vos recettes de filet de boeuf ou de rôti, opter pour de la viande en circuit court est finalement un assez bon calcul.
Avec des économies allant de quelques centimes à plusieurs euros pour le kilo de viande, vous faites attention à votre porte-monnaie tout en préservant les agriculteurs et éleveurs locaux.

Achetez local, c’est bon pour les éleveurs, pour vous et pour la planète !

Bien se former pour pratiquer la vente directe de viande

Le modèle d’exploitation « de la ferme à l’assiette » comporte plusieurs risques. En effet, la vente requiert des compétences particulières. Elle n’est pas qu’une question de politiques de prix bas. C’est ainsi que certains ont recours aux services de formateurs en vente et marketing. Ces derniers leur permettent à l’aide de séries de séminaires de développer leurs capacités commerciales. De ce fait, ils deviennent plus agressifs dans le placement de leurs produits auprès des ménages.

En outre, cet apprentissage leur permet de bonifier leurs offres. Les différents choix comme le nom d’une marque ou les emballages ont leur importance. Ils ont aussi besoin d’assistance pour bien choisir :

  • les tarifs à appliquer aux produits ;
  • le logo ;
  • les dépliants et autres supports commerciaux ;
  • les méthodes commerciales et de distribution, etc.

Par ailleurs, la manipulation de viande nécessite la détention de licence. Afin de se conformer aux obligations administratives, il est important d’être bien outillé.

Quels sont les objectifs et les modes de formations ?

Les trois objectifs principaux recherchés avec la formation sont :

  1. De comprendre la structure organisationnelle d’une entreprise.
  2. De maîtriser les implications commerciales, fiscales et juridiques d’une activité.
  3. De pouvoir évaluer les risques liés à son secteur en particulier.

Dans la pratique, effectuer la vente directe nécessite de porter une attention particulière à la commercialisation, à la transformation, à l’étiquetage, au stockage et à la distribution. Les formations sont également offertes en ligne. À cet effet, des supports numériques comme des vidéos sont fournis. Il est ainsi possible de se former à distance. L’apprenant doit faire preuve de motivation pour évoluer.

Les éleveurs de bétail ne trouvent souvent pas leur compte dans les marchés de produits de base. Ainsi, pour commercialiser leur viande, ils se tournent vers la vente directe auprès des consommateurs. Cette solution peut être rentable si elle est bien mise en œuvre. En effet, le marketing direct offre les bénéfices qui devaient revenir aux intermédiaires. Toutefois, pour réussir, le vendeur doit trouver une niche. En plus, il doit monter un réseau de distribution efficient. En définitive, la vente directe est donc une option commerciale viable et professionnelle.

Ne manquez aucun conseils autour du service !

Conseils-Service.fr, 2022